Traducteur sans aucune qualification de langue étrangère

Apparemment, il est possible de travailler comme traducteur sans aucune connaissance de langues étrangères. Aussi absurde que cela puisse paraître, il y avait un homme chinois qui traduit les classiques occidentaux en chinois sans être en mesure de comprendre les textes originaux. Bien qu'il parlait seulement chinois, Lin Shu a réussi à rassembler tous les crédits et l'honneur d'être un traducteur évalué.

Lin Shu (1852—1924)

Lin Shu a travaillé comme traductrice en Chine au début du XXe siècle. Initialement, il a été trompé d'effectuer le travail de traduction par ses amis. Travail était leur moyen de distraire son esprit de deuil de la mort de sa femme.

Méthode de traduction de Lin Shu était indéniable génie. Il connaissait des personnes qui ont compris les différentes langues, et il les laissa à interpréter les textes étrangers lui. Lin Shu juste écouté et recopié ce qu'il avait entendu. Il s'agit vraiment d'un excellent exemple de la spécialisation et l'externalisation. Lin Shu a fait ce qu'il savait le mieux (Chinois) et d'autres a offert la clé pour comprendre les messages clés de la littérature originale.

Lin Shu est censé être celui qui a introduit la littérature occidentale au peuple chinois. Pas mal comme titre pour un homme qui n'a pas pu lire un mot dans les langues occidentales.

Ce cas prouve qu'un excellent traducteur a besoin plus que juste des compétences linguistiques et traducteur. Traducteur devrait être en mesure d'intercepter le message de base dans son texte. Une grande traduction est plus qu'une traduction.